Acte de mariage Jean Ernest RENARD x Perrine Joséphine POTAY

14M_-_1909_10_16_-_Tours_-_Jean_Ernest_RENARD_x_Perrine_Josephine_POTAY.jpg
Acte de mariage de Jean Ernest RENARD et Perrine Joséphine POTAY
16/10/1909 - Tours
L'an mil neuf cent neuf, le seize octobre à onze heures
du matin. Par devant nous, Adjoint au maire de Tours, Officier de l'Etat-Civil
soussigné, dûment délégué, sont comparus, en la salle publique de cet Hôtel-de-Ville,
le sieur Jean Ernest Renard ; âgé de vingt six ans
sept mois ; charretier ; demeurant à Saint Symphorien
(en cet arrondissement) né à Chançay (même arrondissement)
le vingt deux février mil huit cent quatre vingt trois ;
fils majeur de Paul René Renard ; cantonnier,
demeurant à Chançay, ci-présent et consentant
et de Jeanne Brault, son épouse, sans profession ;
décédée à Chançay le quatre février mil huit cent quatre vingt dix neuf. D'une part.
Et demoiselle Perrine Joséphine Potay ;
âgée de vingt un ans un mois ; cuicinière ;
demeurant à Tours, rue Jehan Fouquet N° 7 bis ; née
à Locminé (Morbihan) le trois septembre mil
huit cent quatre vingt huit ; fille majeure de
Jean Marie Potay, forgeron, demeurant à
Vannes (Morbihan) consentant suivant son consentement
donné devant l'officier de l'Etat-Civil de la dite ville
le quatre octobre courant enregistré et de Anne
Lorgeoux, son épouse, sans profession, décédée
à Locminé (Morbihan) le huit juin mil huit cent quatre vingt dix. D'autre part.
Lesquels nous ont requis de procéder à la célébration du mariage projeté entre eux
et dont la publication a été faite à la porte extérieure et principale des Mairies
de Tours et Saint Symphorien, du vingt un septembre
dernier au quatre octobre courant à tours et à St Symphorien
du vingt six septembre au sept octobre courant.
Aucune opposition audit mariage ne nous ayant été signifiée, faisant droit à leur
réquisition, et après avoir donné lecture de tous les actes produits qui sont demeurés
annexés au présent acte de mariage, et du Chapitre six du Titre cinq du Code civil intitulé :
DU MARIAGE, avons interpellé les contractants à l'effet de savoir s'ils avaient fait un contrat
de mariage, à quoi ils nous ont répondu négativement.
Nous leur avons ensuite demandé s'ils veulent se prendre pour mari
et pour femme ; chacun ayant répondu séparément et affirmativement, déclarons,
au nom de la loi, que le sieur Jean Ernest Renard et Melle
Perrine Joséphine Potay
sont unis par le mariage. De quoi avons dressé acte en présence de Eugène
Renard ; âgé de trente trois ans ; maréchal
ferrant ; demeurant à Chouzé-sur-Loire (Indre et Loire)
frère du contractant ; Louis Sommier ; âgé de
quarante un ans ; vigneron ; demeurant à Chatillon
sur-Cher (Loire et Cher) beau frère du contractant ;
Eugénie Fourcade ; âgée de cinquante ans ; commerçante ;
épouse de Mélaine Lorgeoux, demeurant à
Saint Denis (Seine) tante de la contractante
et Lucien Bussonneau ; âgé de vingt six
ans ; vigneron ; demeurant à Chançay
(Indre et Loire) ami.
Lesquels, après leur avoir donné lecture du présent acte de mariage l'ont signé avec
nous, ainsi que les contractants et le père du contractant
de ce requis.

Acte de mariage Louis Jules Joseph MAUPETIT x Rachel Eugénie BERNIER

12-louis-jules-joseph-maupetit/.12M_-_1909_01_16_-_Benais_-_Louis_Jules_Joseph_MAUPETIT_x_Rachel_Eugenie_BERNIER_s.jpg
Acte de mariage de Louis Jules Joseph MAUPTEIT et Rachel Eugénie BERNIER
16/01/1909 - Benais

Où l'on apprend que le père de Rachel, Julien Joseph BERNIER est parti de son domicile depuis 1898 et qu'il n'a pas de domicile connnu !

L'An mil neuf cent neuf, le seize du mois
de janvier à onze heures du matin.
Par devant Nous, Houx Pierre Louis Marie
Officier de l'état-civil de la commune de Benais, canton
de Bourgueil, département d'Indre-et-Loire, ont comparu en notre
Maison commune et publiquement : Maupetit Louis Jules Joseph, cél
bataire
âgé de vingt trois ans, né à Continvoir
département d'Indre-et-Loire, le dix huit du mois
de juin, l'an mil huit cent quatre vingt cinq
profession de cultivateur, demeurant à Benais
département d'Indre-et-Loire, fils majeur et légitime de Maupetit
René profession de cultivateur
demeurant à Benais département d'Indre-et-Loire
ici présent et consentant
et de Lévêque Marguerite profession de cultivatrice
demeurant à Benais département d'Indre-et-Loire
ici présente et consentante.
Et demoiselle Bernier Rachel Eugénie, célibataire
âgée de dix sept ans, née à Saint Michel
département d'Indre-et-Loire le douze du mois
de juin, l'an mil huit cent quatre vingt onze
profession de cultivatrice, demeurant à Bourgueil
département d'Indre-et-Loire, fille mineure et légitime de Bernier
Julien Joseph profession de charron
sans domicile connu ainsi que l'atteste un acte de notoriété passé devant
M. le Juge de paix du canton de Bourgueil
et de Godard Désirée Louise Marie profession de cultivatrice
demeurant à Bourgueil département d'Indre-et-Loire
ici présente et consentente.
Lesquels nous ont requis de procéder à la célébration du mariage projeté entre eux et
dont les publications ont été faites à Benais et à Bourgueil, le dimanche trois
janvier prséente année ainsi que l'attestent le registre des publications de
mariage mis sous nos yeux et le certificat de publication délivré par M. le Maire de Bourgueil.
Aucune opposition audit mariage ne nous ayant été signifiée, faisant droit à leur réqui-
sition, après nous être fait remettre les pièces produites à l'appui du présent acte, savoir :
1° L'acte de naissance du futur époux, délivré par M. l'adjoint de Continvoir en
date du vingt six décembre mil neuf cent huit ; 2° L'acte de naissance de la future
épouse délivré par M. l'adjoint de Saint Michel, en date du vingt six décembre mil
neuf cent huit ; 3° le certificat de publications et de non opposition délivré par M. le Maire
de Bourgueil en date du quatorze janvier mil neuf cent neuf ; 4° L'acte de notoriété
passé devant M. le Juge de paix du canton de Bourgueil en date du huit décembre mil
neuf cent huit, constatant que le père de la future épouse est parti de son domicile depuis
mil huit cent quatre vingt dix huit et qu'il n'a pas de domicile connnu
et après avoir donné lecture aux parties contractantes tant des pièces ci-dessus mentionnées
que du chapitre VI, titre V, du Code civil, intitulé du Mariage, avons interpellé les futurs
époux de nous déclarer s'il a été fait un contrat de mariage et, dans le cas de l'affirmative,
la date du contrat, ainsi que le nom et lieu de résidence du notaire qui l'a reçu : lesquels
ont répondu négativement.
Cette réponse a été confirmée par les personnes présentes.
Nous avons ensuite demandé au futur époux et à la future épouse q'ils veulent se prendre
pour mari et pour femme. Chacun d'eux ayant répondu séparément et affirmativement,
nous déclarons, au nom de la loi, que Maupetit Louis Jules Joseph
et Bernier Rachel Eugénie
sont unis par le mariage. +
De tout quoi nous avons dressé le présent acte en présence de :
1° Maupetit Louis âgé de quarante six ans,
profession de cultivateur demeurant à Gizeux
département d'Indre-et-Loire qui a dit être oncle de l'époux ;
2° Obligis Antoine âgé de trente cinq ans,
profession de cultivateur demeurant à Gizeux
département d'Indre-et-Loire qui a dit être beau frère de l'époux ;
3° Réflet Désiré âgé de trente huit ans,
profession de briquetier demeurant à Saint Paterne
département d'Indre-et-Loire qui a dit être beau frère de l'épouse ;
4° Bernier Alphonse âgé de vingt six ans,
profession de cultivateur demeurant à Hommes
département d'Indre-et-Loire qui a dit être frère de l'épouse.
Nous avons ensuite donné lecture du présent acte aux
comparants et aux témoins qui ont signé avec nous à l'excep-
tion du père et de la mère de l'époux et de la mère de l'épouse
qui ont déclaré ne le savoir de ce par nous requis.

Note marginale :

+ --------------------
A cet instant les comparants
déclarent qu'ils reconnaissent
et veulent légitimer un enfant
du sexe masculin né à Bour-
gueil le trois février mil neuf
cent six, inscrit sur les registres
à la date du trois février mil neuf
cent six sous les noms
de Bernier Roger Jules
et comme né de père inconnu.
approuvé le renvoi ci-dessus

Acte de mariage Etienne Auguste MAY x Valentine Marie BOURGET

10M_-_1896_06_22_-_Cholet_-_Etienne_Auguste_MAY_x_Valentine_Marie_BOURGET.jpg
Acte de mariage de Etienne Auguste MAY et Valentine Marie BOURGET
22/06/1896 - Cholet
L'an mil huit cent quatre vingt seize, le vingt deux juin à dix heures du matin,
Devant nous, Charles françois Loyer, premier adjoint au maire de Cholet, faisant par
délégation  les fonctions d'officier de l'Etat civil de Cholet, département de Maine-et-Loire,
sont comparus en notre mairie dont les portes étaient ouvertes au public d'une part
Etienne Auguste May, employé de commerce, âgé de vingt sept ans, né le vingt un juillet
mil huit cent soixante huit à Saint Malo du Bois (Vendée), domicilé à Cholet, rue du
Puit Gourdon, célibataire, fils majeur de Jean May, tisserand et de Laurence Grolleau
sans profession, domicilés à Cholet, le père a déclaré consentir au mariage par acte pas
sé le onze mai dernier devant maître  Faure, notaire à Cholet et enregistré à Cholet  le
douze du même mois, la mère ici présente et consentante, d'autre part, Valentine Marie
Bourget, tailleuse, âgée de vingt deux ans, née le sept novembre mil huit cent soixante
treize à Gesté domiciliée à Cholet rue de l'Hôptital 21, célibataire, fille majeure de Benjamin
Jacques Bourget, tisserand et de Madeleine Branger, domicilés à Gesté, ici présents et consentents.
Les comparants nous ont requis de procéder  à la célébration de leur mariage dont les deux
publications ont été faites devant cette maire les dimanche trente un mai dernier et
 sept juin courant. Interpellés par nous ainsi que leurs père et mères, les dits époux nous
ont déclarés qu'il n'a pas été fait de contrat de mariage. Nulle opposition à ce mariage
n'ayant été formée nous avons donné lecture aux contractants du chapitre six du code civil
ainsi que des pièces et actes relatifs à leur état et aux formalités du mariage et nous leur avons
demandé s'ils voulaient se prendre pour époux et d'après leurs réponses séparées et affirma
tives nous avons prononcé au nom de la loi que les dits époux sont unis en mariage. Le
tout à été fait en présence de Jules Pieot, tailleur, âgé de cinquante sept ans, oncel
de l'épouse, domicilé à Gesté, de Aime Augereau, feutrier, âgé de trente cinq ans, ami
des époux, domicilé à Nantes, de Benjamin Bourget, charpentier, âgé de vingt cinq
ans, frère de l'épouse, domicilé à Gesté, et de Auguste Branger, cordonnier, âge de trente
neuf ans, oncle de l'épouse, domicilé à Saint Macaire. Les époux, les père et mère de
l'épouse et trois des témoins ont signé avec nous, la mère de l'époux a déclaré ne le
savoir, après lecture faite.

Acte de mariage Delphin Norbert JOURAND x Marie Adeline DAIGNE

8M - 1908_10_27 - Paris - Delphin JOURAND x Marie DAIGNE.jpg
Acte de mariage de Delphin Norbert JOURAND et Marie Adeline DAIGNE
27/10/1908 - Paris
L'an mil neuf cent huit le vingt sept octobre à midi
acte de mariage de Delphin Norbert Jourand né
à Quninçay (Vienne) le quinze août mil huit cent
quatre vingt quatre, sergent à la sixième section d'in-
firmiers militaires à Mourmelon le Grand (Marne) au
camp de Chalons, autorisé à contracter mariage par
le médecin recruteur du service de santé au sixième
corps le douze septembre  mil neuf cent huit, fils
majeur légitime de Alexis Jourand décédé et de
Eulalie Léontine Hulin, épicière à Quinçay, présente
et consentante d'une part. et de Marie Adeline
Daigne, née à la Chapelle Montreuil (Vienne) le
vingt neuf novembre mil huit cent quatre vingt
cuisinière domiciliée à Paris 1 rue du Louvre
fille majeure légitime de Eugène Daigne, horloger
et de Mélanie Jourand, sans profession domiciliés
à Parthenay (Deux Sèvres) présents et consentants
d'autre part. Dressé par nous Henri Jean Baptiste
Victor Devaurier adjoint au maire - officier
de l'Etat civil du premier arrondissement de Paris
qui avons procédé publiquement en cette
mairie à la célébration du mariage dans la
forme suivante. Après avoir donné lecture
aux parties 1e de leurs actes de naissance 2e de l'acte
de décès du père du futur 3e de l'autorisation
précitée, 4e des publications faites sans opposition
toutes pièces dument paraphées 5e des articles du code
civil sur les droits et devoirs respectifs des époux.
Après avoir interpellé les futurs époux, la mère du
futur et les père et mère de la future, lesquels nous
ont déclaré qu'il n'a pas été fait de contrat de
mariage, nous leur avons demandé s'ils consen-
taient à se prendre pour mari et femme et
chacun d'eux ayant répondu affirmativement et
séparemment à haute voix, nous avons prononcé au
nom de la loi que Delphin Norbert Jourand et
Marie Adeline Daigne sont unis par le mariage en
présence de Gaethan Beaudoin, trente sept ans
représentant rue Traversière P9, Adrienne Bault
quarante trois ans, lingère rue d'Aboukir 10,
Louis Honoré cinquante deux ans, maraicher
39 rue Traversière et Marie Thibault, née Gargot
trent ans, sans profession, mairie du premier
arrondissement, témoins qui ont signé avec les
époux, la mère de l'époux, les père et mère de
l'épouse et nous après lecture.

Perrine Joséphine POTAY : acte de naissance (sosa 15)

15N - 1888_09_03 - Locminé - Perinne Joséphine POTAY.jpg
Acte de naisssance de Perinne Joséphine POTAY
03/08/1888 - Locminé
Du cinquième jour du mois de septembre mil huit cent quatre-vingt huit
à huit heure du matin
ACTE DE NAISSANCE de Potay Perrine Joséphine
née rue Neuve, commune de Locminé,
le trois de ce mois à huit heures du soir fille légitime
de Potay Jean Marie
âgé de trente quatre ans, profession de forgeron
et de Lorgeoux anne
âgée de vingt-sept ans, profession de ménagère
demeurant à Locminé, rue Neuve
L'enfant présenté à l'Officier de l'État civil a été reconnu du sexe féminin
La déclaration de la naissance a été faite par Potay Jean Marie
âgé de trente quatre ans, profession de forgeron
demeurant à Locminé rue neuve père de l'enfant,
Premier témoin, Richard Joseph âgé de trente quatre ans,
profession de receveur d'octroi demeurant  à Locminé, rue du fil
Second témoin, Le Gailard Joseph, âgé de soixante huit ans
profession de garde champêtre, demeurant à Locminé, rue de traverse
Lecture donnée du présent dressé par nous soussignée, Chatelier René
maire et Officier de l'État civil, les comparant et témoins ont signé a
l'exception du sieur Potay qui a déclaré ne le savoir faire

Note marginale 1 :

Mariée à tours
le 18 octobre 1909
avec Jean Ernest
Renard

Note marginale 2 :

Décé à Mans
le 19 décembre 1971

Jean Ernest RENARD : acte de naissance (sosa 14)

14N - 1883_02_22 - Chançay - Jean Ernest RENARD.jpg
Acte de naissance de Jean Ernest RENARD
22/02/1883 - Chançay
L'An mil huit cent quatre-vingt trois, le vingt-deux du mois de février
a une heure du soir
Par devant nous, Royer André, maire et officier de
Officier de l'état civile de la commune de Chançay, canton de Vouvray,
département d'Indre-et-Loire, est comparu Renard Paul René
âgé de trente sept ans, profession de vigneron, demuerant à Chançay
département d'Indre-et-Loire, lequel nous a présenté un enfant du sex masculin qu'il a
déclaré être né à Chançay, le vingt-deux du mois de février l'an mil
huit cent quatre-vingt trois, à six heures du matin, du sieur Renard
Paul René déclarant, âgé de trente sept ans, profession
de vigneron et de Brault Jeanne
âgée de trente sept ans, sans profession, son épouse
demeurant à Chançay département d'Indre-et-Loire, auquel enfant il a déclaré
vouloir donner les prénoms de Jean Ernest
Lesdites déclaration et présentation faites en présence de  Moreau Julien
âgé de cinquante un ans, profession de tonnelier
demeurant à Chançay département d'Indre-et-Loire et
Roguet Poulinet âgé de quarante six ans,
profession de Instituteur demeurant à Chançay département
d'Indre-et-Loire
Lecture faite du présent acte, lesdits comparant et témoins ont signé avec Nous.

Note marginale 1 :

Marié à Tours le seize octobre
mil neuf cent neuf avec Perrine
Joséphine Potay.
Pour mention : Tours le 29 8bre 1909

Note marginale 2 :

Décédé à Montabon
le 27 sept 1964

Rachel Eugénie BERNIER : acte de naissance (sosa 13)

13N - 1891_06_12 - Saint-Michel-sur-Loire - Rachel Eugénie BERNIER.jpg
Acte de naissance de Rachel Eugénie BERNIER
12/06/1891 - Saint-Michel-sur-Loire
L'AN mil huit cent quatre-vingt onze le douze du mois de juin
à huit heures du matin
Par devant Nous, Albert Lemesle Maire
Officier de l'état-civil de la commune de St Michel, canton de Langeais
département d'Indre et Loire, est comparu Bernier Julien Joseph
âgé de trente six ans, profession de charron, demuernat à St Michel
département d'Indre et Loire lequel nous a présenté un enfant du sexe féminin qu'il a
déclaré être né à St Michel le douze du mois de juin l'an mil
huit cent quatre-vingt onze à quatre heures du matin du sieur
Bernier Julien Jospeh, âgé de trente six ans, profession
de charron et de Godard Désirée Louise
Marie, âgée de trente neuf ans, son épouse, profession de cultivatrice
demeurant à St Michel département d'Indre et Loire auquel enfant il a déclaré
vouloir donner les prénoms de Rachel Eugénie
Lesdites déclaration et présentation faites en présnece de Bourreau
Paul, âgé de trente ans, profession de facteur
demeurant à Langeais département d'Indre et Loire et
de Jusseaume Eugène, âgé de soixante sept ans,
profession de cultivateur demeurant à St Michel département
d'Indre et Loire
Lecture faite du présent acte, lesdits comparant et témoins ont signé avec nous.

Note marginale 1 :

Mariée à Benais le 16 janvier 1909
avec Maupetit Louis Jules Jospeh
Mentionné le 19 juin 1909

Note marginale 2 :

Décédé à Chateau du Loir
le 12.10.70 Sarthe

Louis Jules Joseph MAUPETIT : acte de naissance (sosa 12)

12N - 1885_06_18 - Continvoir - Louis Jules Joseph MAUPETIT.jpg
Acte de naissance de Louis Jules Joseph MAUPETIT
18/06/1885 - Continvoir
L'an mil huit cent quatre-vingt cinq, le vingt du mois de juin
à six heures du matin
Par devant Nous, Jude Jusseaume, maire,
Officier de l'état-civil de la commune de Contivoir, canton de Langeais
département d'Indre-et-Loire, est comparu Maupetit René
âgé de trente ans, profession de cultivateur, demeurant à Contivoir
département d'Indre-et-Lore, lequel nous a présenté un enfant du sexe masculin qu'il a
déclaré être né à Contivoir, le dix-huit du mois de juin l'an mil
huit cent quatre-vingt cinq à cinq heures du matin, du sieur René
Maupetit âgé de trente ans, profession
de cultivateur et de Levêque Marguerite
âgée de vingt-sept ans, son épouse, profession de cultivatrice
demeurant à Contivoir département d'Indre-et-Loire, auquel enfant il a déclaré
vouloir donner les prénoms de Louis Jules Joseph
Lesdites déclaration et présentation faites en présence de Penet Constant
âgé de trente-trois ans, profession de cantonnier
demeurant à Contivoir département d'Indre-et-Loire et
de Chasle René âgé de cinquante-cinq ans,
profession de rentier demeurant à Contivoir département
d'Indre-et-Loire
Lecture faite du présent acte, lesdits comparant et témoins ont signé avec nous.

Note marginale 1 :

Marié à Benais le
6 janvier 1909 avec
Bernier Rachel Eugénie
Mentionné le 20 juin 1909

Note marginale 2 :

Chateau-du-Loir
le 16 ajnvier 1962

Valentine Marie BOURGET : acte de naissance (sosa 11)

11N - 1873_11_07 - Gesté - Valentine BOURGET.jpg
Acte de naissance de Valentine BOURGET
07/11/1873 - Gesté (49)
Le sept novembre mil huit cent soixante-treize, à trois heures du soir,
par devant nous, Fortuné Vicomte de la Blotais, Maire et officier de
l'état civil de la commune de Gesté, canton de Beaupréau, arrondissement de
Cholet, département de Maine-et-Loire, à la mairie de cette commune est
comparu : Benjamin Jacques Boruget, tisserand, âgé de trente cinq ans,
lequel nous a présenté une enfant du sexe féminin née aujourd'hui à une heure
du matin, dans son domicile de son légitime mariage avec Madeleine
Branger, son épouse, sans profession, âgée de trente-trois ans, demeurant
ensemble en ce bourg et à laquelle enfant il a donné les prénoms de
Valentine Marie. les dites présentation et déclaration faites en
présence d'Alexandre Bourget, tisserand, âgé de vingt trois ans, cousin
germain de l'enfant et de Jean Bourget, maréchal, âgé de vingt-huit ans,
non parent de l'enfant, tous deux demeurant en cette commune, lesquels ont,
ainsi que le père, signé avec nous le présent acte après lecture faite.

Note marginale :

Décédée à Nantes Loire Infé-
rieure, le huit octobre mil neuf
cent cinquante deux.
Le 10 octobre 1952

Etienne Auguste MAY : acte de naissance (sosa 10)

10N - 1868_07_27 - Saint-Malô-du-Bois - Etienne MAY.jpg
Acte de naissance d'Etienne Auguste MAY
27/10/1868 Saint-Malô-du-Bois (85)
L'an mil huit cent soixante huit, le vingt-sept du mois de juillet, sur les huit heures
du matin, par devant nous Briand, Jean-Baptiste, Maire,
Officier de l'État-Civil de
la commune de Saint Malô-du-Bois, canton de Mortagne,
département de la Vendée, a comparu May Jean,
âgé de trente-huit ans, profession de tisserant,
demeurant au bourg de Saint Malô-du-Bois, lequel
nous a présenté un enfant légitime, du sexe masculin, né hier vingt-six juillet
courant sur les onze heures du soir en sa demeure de lui déclarant et 
de Grolleau Laurence, son épouse légitime, âgée de trente-quatre ans,
profession de journlière, demeurant à Saint Malô-du-Bois,
[...]
auquel enfant il a donné
les prénoms d'Etienne Auguste.
Lesdites déclaration et présentation faites en présence de May Augustin,
âgé de trente-un an, profession de chiffonnier, demeurant
à Saint Malô-du-Bois, qui a dit être l'oncle paternel de l'enfant
et de Coutant Jean, âgé de soiwante-six ans, profession
de tisserant, demeurant à Saint Malô-du-Bois,
qui a dit être le parent de l'enfant et, après lecture faite du présent acte, nous
l'avons signé seul : le comparant et les deux témoins ont déclaré
ne savoir signé, de ce requis.

Marie Adeline DAIGNE : acte de naissance (sosa 9)

9N - 1880_11_29 - La Chapelle-Montreuil - Marie DAIGNE.jpg
Acte de naissance de Marie Adeline DAIGNE
29/11/1880 - La Chapelle-Montreuil (86)
L'an mil huit cent quatre vingt, le vingt neuf
novembre à six heures du soir, devant nous Jacques Millet
Maire, officier de l'état civil de la commune de Chapelle
Montreuil, canton de Vouillé, département de la Vienne
est comparu Eugène DAIGNE, âgé de trente six ans
fermier à Pilan de cette commune, lequel nous présente
une fille née ce soir, à deux heures en son domicile de
lui et de son épouse Mélanie jourand, sans
profession, âgée de trente quatre ans, et à laquelle
enfant il déclare donner les prénoms de Marie
Adeline. De tout quoi nous avons dressé acte
en présence de Daigne Nairet, âgé de soixante
quatre ans, propriétaire à la Gaucherie de cette
commune et de Charles Garnier, âgé de quarante
deux ans, domestique au dit lieu de Pilon. Après
du présent acte, le sieur Daigne Nairet
et le déclarant ont seuls signé l'autre témoin a dit ne le savoir.

Note marginale 1 :

mariée à Paris (1er) le
25 août 1908 à jourand
Delphin Norbert

Note marginale 2 :

décédée à Nantes le
16.8.50.

Delphin Norbert JOURAND : acte de naissance (sosa 8)

Acte de naissance de Delphin JOURAND
Acte de naissance de Delphin JOURAND
15/08/1884 Quinçay (86)
L'An mil huit cent quatre-vingt-quatre, le seize
août, à une heure du soir, par devant nous, Laugier
Charles, maire et officier de l'Etat civil de la commune
de Quinçay, canton de Vouillé (Vienne) a comparu
Jourand Alexis, journalier, âgé de trente-quatre ans, domicilé
au chef-lieu de cette commune, lequel nous a présenté un
enfant du sexe masculin né d'hier à dix heures du matin
dans son domicile, de lui déclarant et de Hulin Eulalie
Léontine, son épouse, sans profession, âgée de trente
ans et il a donné à cet enfant les prénoms de Delphin
Norbert. Ces déclaration et présentation ont été
faites en présence de Bault Clément, menuisier, âgé
de vingt-sept ans, et de Augé Elie, cultivateur, âgé
de quarante-trois ans, tous deux domiciliés au chef-lieu
de cette commune, lesquels ont signé avec nous le présent
acte, après que lecture leur en a été faite, le père ayant
déclaré ne le savoir de ce requis.

Note marginale 1 :

Marié à Paris (1er
arr.) le 27 octobre 1908 à
Daigne Marie Adeline

Note marginale 2 :

Décédé à Nantes (Loire
Atlantique) le 28 septem-
bre 1973.
Poitiers le 5 octobre 1973

Simone Renée Anne RENARD (sosa 7)

Simone RENARD
Simone RENARD, 1941 / 1942

Que dire de ma grand-mère que je n'ai jamais connu et dont on ne parlait quasiment pas ?
Elle est née le 2 juillet 1915 à Chouzé-sur-Loire, fille de Jean RENARD et de Perrine POTAY originaire de Locminé en Bretagne. Elle a connu à l'école de Chateau-du-Loire mon grand père qui était le fils d'un collègue et ami de son père.
Elle a fait l'école normale de Rouen et est devenu institutrice. Elle s'est mariée le 3 août 1933 à Montabon avec Robert MAUPETIT. Ils ont eu 3 filles, Josette, Marie France et Nicole. Mais Simone devait être malheureuse. Son mari autoritaire régentait la vie familiale, puis se fût le suicide de sa fille aînée qui s'est jetée sous un métro à Paris. Après des années de dépression, elle s'est jetée sous une train à La Verrière (78), le 2 février 1972.

Simone RENARD
Simone RENARD

 

Odette MAY : acte de naissance (sosa 5)

Acte de naiisance d'Odette MAY
L'AN mil neuf cent douze, le vingt-cinq juin à dix heures du matin
devant nous soussigné, Julien Martial Bardet, Adjoint et Office dde l'Etat-Civil, délégué
de M. le Maire de Nantes, a comparu Etienne Auguste May, gardien
de magasin, âgé de quarante trois ans, demeurant
rue de l'Héronnière douze, lequel nous a présenté un
enfant du sexe féminin né ce jour à une heure du
matin en son domicile de lui déclarant et de
Valentine Marie Bourget, son épouse, sans profession,
âgée de trente huit ans, demeurant ave lui, et auquel
enfant il donne les prénoms : Odette Jeanne
Yvonne Andrée ;
Lesdites déclarations faites en présence de Alexandre Denieau,
brigadier de police en retraire, âgé de cinquante un
ans, demeurant quai Flesselles trois bis, et Jean
Louis Charrieau, brigadier de police, âge de
cinquante huit ans, demeurant en cette mairie,
lesquels ainsi que le père ont signé avec nous le
présent acte après lecture.

Note marginale 1 :

Mariée à Nantes ce jour trois août mil neuf cent
trente trois avec Eugène Norbert Alexis Jourand
1er 188 - l'Officier de l'Etat Civil.

Note marginale 2 :

Décédée à Nantes le 11 mars 2000
(1-555) Le 13 mars 2000 L'Officier
d'Etat Civil.

Eugène JOURAND : acte de naissance (sosa 4)

4N - 1913_01_09 - Nantes - Eugène JOURAND.jpg
L'AN mil neuf cent treize, le neuf janvier à neuf heures du matin
devant nous, soussigné, Gustave Jean Bontin Adjoint et Officier de l'Etat-Civil, délégué
de M. le Maire de Nantes, a comparu Delphin Norbert Jourand, sergent major
à la onzième section des infirmiers militaires âgé de vingt
huit ans, demeurant rue de Coulmier, soixante sept; lequel
nous a présenté un enfant du sex masculin, né hier à
huit heures du matin, en son domicile, de lui déclarant
et de Marie Adeline Daigne son épouse, sans profession
âgée de trente deux ans, demeurant avec lui et auquel
enfant il donne les prénoms : Eugène
Norbert Alexis.

Les dites déclaration et présentation faites en présence de Jean moine âgé  de trente
quatre ans, et Julien Le Gaurd, âgé de vingt
deux ans ; le premier adjudant et le second caporal
fourrier à la onzième section des infirmiers militaires
du onzième corps d'armée, demeurant tous deux à
la caserne Bedeau ; lesquels ainsi que le père
ont signé avec nous le présent acte après lecture.

Note marginale 1 :

Marié à Nantes, ce jour, trois août mil neuf cent
trente trois avec Odette Jeanne Yvonne Andrée May
1/188 L'officier de l'Etat Civil :

Note marginale 2 :

Décédé à Nantes (Loire-Atlantique), le
4 février 1994 (1-179). Mention le
7 février suivant. L'Officier de
l'Etat Civil

Eugène JOURAND au Stalag IIB

Eugène JOURAND au Stalag IIB
Eugène JOURAND au Stalag IIB
(rangée du bas, 2e en partant de la droite)

Mon grand-père, Eugène JOURAND, m'a plusieurs fois raconté sa seconde guerre mondiale. Il s'était retrouvé face à face avec un soldat allemand, un pauvre gars comme lui, qui ne semblait pas plus décidé que lui à utiliser son arme. L'un devait se constituer prisonnier et il lui remis son arme. Il a ensuite été prisonnier dans une ferme en Pologne, dans laquelle il a été bien traité et n'a pas souffert. Quand je le vois sur des photos prises au stalag IIB, il ne paraît effectivement pas malheureux. Mais qu'en était-il vraiment ?

Ma grand-mère, Odette MAY me racontait qu'elle avait apprit un jour que le père de mon grand-père, Delphin JOURAND, ancien militaire de carrière au service de santé des armées établissait de faux certificats d’infirmier à des prisonniers, qui pouvaient alors rentrer chez eux. Elle est alors allé le voir et il se sont bien disputés apparemment ! Mais elle a obtenu gain de cause et il a établit un faux certificat pour son fils qui a pu rentrer en France. Pour quel raison ne voulait-il pas faire libérer son fils ? Selon ma grand-mère, il lui aurait dit ne pas vouloir faire de favoritisme.

Beaucoup de questions se posent :

  • Dans quelle unité servait-il ?

  • Quand a-t-il été fait prisonnier ?

  • Comment a-t-il rejoint la Pologne ?

  • Quelles étaient ses conditions de détentions ?

  • Quand est-il rentré en France ?

J’espère pouvoir y répondre un jour...

Robert Louis Henri MAUPETIT (sosa 6)

robert-louis-henri-maupetit.jpg
Robert Louis Henri MAUPETIT

Né le 23 juillet 1914 à Thouars (2 Sèvres).

Son père travaille à la SNCF comme chef de train. Originaire de Bourgueil, il a été muté à Thouars, puis à Château du Loir (Sarthe).

Robert va alors à l’école et au Collège de Château du Loir.

Après la troisième, à l'école Normale de Rouen. Il fait partie de l'équipe de foot, et montre des dispositions pour le sport, et particulièrement pour la gymnastique, et l'athlétisme.

Il est alors champion de France Universitaire du 800 mètres, en 1933.

Mariage en 36 avec Simone Renard, copine du collège de Château du Loir, et fille d'un collègue et ami de son père. Elle aussi a fait l'école normale de Rouen.

Nomination au Havre. Naissance de Josette, en février 38.

Il obtient alors son diplôme de professeur d'Education physique en juin 39. Il l'avait préparé seul, tout en étant instituteur au Havre.

En septembre 39, il part au service service militaire à Mayenne.

Puis mobilisation à Rocroi. Il est chef de section, à la tête de 30 hommes.

N'ayant pas le droit de dire à sa famille où il était, il écrivait à sa femme des lettres codées. Par exemple, il faisait une phrase anodine dont la 1ère lettre de chaque mot formait le nom du lieu où il se trouvait (ROCROI). Les combats ont duré jusqu'en mai 40. Mais lui a été hospitalisé à Paris au bout de 3 mois pour un ver solitaire. Il échappe ainsi à une fin tragique, puisque toute sa section disparait dans un bombardement.

Il l'apprend en revenant de son hospitalisation, en mai 40. Il ne restait que le cuisinier qui lui a dit de se sauver bien vite car c'était la débâcle !

Il a alors acheté un vélo (trop petit pour lui ) et est rentré à Château du Loir, très difficilement, car les ponts sur la Loire étaient coupés.

Sa femme y était rentrée également, après une visite à son mari, ne pouvant pas rentrer au Havre, où elle dut tout abandonner, rejoignant ainsi sa petite chez ses parents.

A la rentrée suivante, il est nommé au collège de Tours, et Simone à St Pierre des Corps.

Naissance d'une 2è fille , Marie France, en décembre 42.

Ils habitent à Tours, près de la gare. Les bombardements sont si nombreux qu'un père d'élève leur propose de les héberger.

A la fin de la guerre, il est nommé prof au CREPS de La Haute Barde et Simone dans le village voisin de Beaumont-la-Ronce. Ils y restent 3 ans. Puis Josette ayant 10 ans, et devant rentrer en 6è, il fallut se rapprocher de Tours. Nomination à l'école Normale de garçons à Fondettes. Ils habitent dans l'école de Luynes. Robert fait les trajets en moto.

Naissance de la 3è fille, Nicole en Février 49.

Déménagement à St Cyr, école du centre. Il achète une voiture ! Une 4 chevaux grise , où ils s’entassent à 5 pour aller en vacances.

Puis déménagement pour l'école Engerand, toute neuve, logement moderne et confortable. C’est là qu’ils ont pour voisine et collègue Madame Lainé.

Simone est directrice de l'école maternelle, Mme Lainé directrice de l'école de filles. Robert est toujours à l'école normale, jusqu'en 1963, où il est nommé Inspecteur Pédagogique d’Education Physique et sportive. C'est une nouvelle fonction créée par M. Maurice Herzog, ministre des sports. (On en choisit 6 en France).

Il fait une année dans l'académie d'orléans, puis est nommé à Nantes en 1964.

Quelques années plus tard, sa femme tombe malade et meurt. Peu après, il reçoit la décoration de l'ordre du mérite.

En 73, Il se remarie avec Anne, veuve de Monsieur Auger, professeur d'éducation physique à l'école normale de Savenay.

Ils vivent à Nantes leur longue et heureuse retraîte, bien méritée !

En avril 2013, il tombe gravement malade. Après une hospitalisation de plusieurs mois, et ayant perdu son autonomie, il intègre « La Chimotaie » où il est pris en charge, par une équipe que nous saluons pour ses compétences exceptionnelles...

Discours écrit et prononcé par Marie France, sa fille pour ses 100 ans. Robert est décédé le 24/12/2015 à Clisson. Ayant fait don de son corps à la science, il n'y a pas de sépulture.

L'affaire Seznec

Nous, les Seznec C'est aujourd'hui qu'est étudiée la requête en révision du dossier Seznec. L'histoire de Guillaume Seznec remonte à 1923, lorsqu'il s'est vu comdamné pour le meurtre de son ami Pierre Quémeneur, dont il s'est toujours dit innocent. Gracié par de Gaulle, ses descendants se battent depuis pour sa réhabilitation, au sein de l'association France-Justice. Quel rapport avec les Jourand ?

Dans son livre Nous, les Seznec, Denis Seznec, le petit fils de Guillaume rapporte deux versions de la façon dont l'inspecteur Pierre Bonny a obtenu une pièce à conviction capitale. Selon la version officielle, Guillaume Seznec a lui même remis à l'inspecteur, la promesse de vente de Traou-Nez, lors d'un interrogatoire. Mais selon une autre version, Pierre Bonny serait allé à la scierie demander ce document à Marie-Jeanne Seznec. Cette version sera appuyée par le témoignage, en 1979, de l'ancien maire de Plourin-en-Morlaix, M. Jourand du Tremens. Il affirmera :« J'ai vu Bonny avec l'acte de vente et qui a dit en entrant dans le café : "Maintenant, le Vieux, je le tiens !" »

Il s'agit d'Auguste Jourand du Tremen ancien maire de la commune de Plourin dans le finistère. Il présida, le 25 juillet 1932, un conseil municipal au cours duquel fût décidé de donner à la commune le nom de Plourin-lès-Morlaix. Ce nom fût officiellement adopté 33 ans plus tard, le 4 novembre 1955. [source : page histoire du site de la commune de Plourin-lès-Morlaix]

Cette information m'a été transmise par Anne-Marie Jourand habitant Cherbourg. Qu'elle en soit, ici, remerciée.

L'origine de patronymes proches de JOURAND

Lors de mes recherches sur le 36 17 GENEANOLOGY, il y a quelques années, j'avais trouvé des origines possibles de patronymes proches de JOURAND :

  • JAURAND serait un surnom ethnique, désignant l'originaire de Jaure en Dordogne ou de Jauran dans le Lot-et-Garonne. Je n'ai pas réussi à localiser ce dernier lieux.
  • JORAND désigne un vent du matin en Franche-Comté, un vent du nord, venant du Jura, dans la région de Neuchatel en Suisse et un vent d'ouest en Savoie. Ce terme serait issu du Gaulois juris signifiant forêt et désigne aussi les habitant di Jura.
  • JORRAND et JORANDON sont des noms de famille rares dérivés de JORAND.
  • JOURNAUD et JOURNOUD seraient dérivés de jour ou journée, qui en ancien français désignaient la mesure de terre labourable par un homme en une journée. Ces noms ont pu s'appliquer au champ et par extension, désigner son propriétaire.
  • JURAND pourrait être un surnom issu du verbe jurer s'appliquant à celui qui jurait fréquemment.

Ces hypothèses proviennent d'amateurs et n'ont pas été vérifiées. Je ne sais pas quel crédit accorder à la dernière notamment

Les JOURAND et l'Italie

Le 3 mai 2005, j'ai reçu un mail entièrement en italien ayant pour sujet « origine del cognome JOURAND », qui m'a été traduit (merci Marine). Son expéditeur, Alfonso SPINA, habitant Naples, me demandait si j'avais des informations sur les origine de sa femme, dont le nom de jeune fille était ESSELEN JOURAND. Il se trouve, que quelques années auparavant, j'avais fait une recherche sur le 36 17 GENEALOGY qui m'avait fournie cette information :

JOURAND MARIE ESSELEN EN 1780 PARTIS DE 
FRANCE SOUS LA REVOLUTION FRANCAISE EN I
TALIE A NAPLES

S'il ne semble donc plus faire de doute que des JOURAND ESSELEN aient émigré vers Naples, on peut se demander d'où vient ce ESSELEN accolé à JOURAND ?
D'autre part, Henri Frotier de La Messelière, dans son ouvrage Filiations Bretonnes signale dans la notice sur les JOURAND du Trémen (tome III, pages 208 à 210) que cette famille se croit originaire d'Italie.

Quels peuvent être les liens qui unissent les JOURAND à l'Italie ?

- page 2 de 3 -